La gazette de la Bande

LE BLOG

Chroniques de freelance #1

Chaque indépendant compose à sa manière son quotidien et définit les règles qui régissent son environnement de travail . « Chroniques de freelance » nous invite, le temps de quelques mots, à entrer dans les coulisses du quotidien d’un indépendant et de partager son point de vue sur un aspect de sa vie de freelance.  Aujourd’hui, c’est Marie alias Salt&Paper qui nous livre sa chronique mordante !

Mardi – 10h12. Température extérieure 25 degrés.

Il fait beau dehors, c’est chose courante sur la Côte d’Azur de manière générale. Je suis chez moi sur mon canapé dans mon salon / salle à manger / cuisine / bureau et je suis toujours en pyjama. Enfin en caleçon tshirt quoi.

Café numéro 2, cigarette numéro 1, brossage de dent numéro 0.

Alors non, je ne suis pas en vacances, non je ne suis pas en mode cocooning, non je ne suis pas en train de regarder le replay de TPMP, non pas en grève non plus, mais oui je travaille. RÉVÉLATION ! Vous ne vous y attendez pas à celle la je suis sûre hein ?!

Sinon je m’appelle Marie et je suis graphiste freelance depuis plus de 4 ans.

Je crois que c’est la meilleure décision que j’ai prise de toute ma vie.
Ça et mon abonnement Netflix aussi.

La vie de freelance, je pourrais vous la raconter tous les jours, avec des anecdotes plus ou moins croustillantes, il s’en passe des choses je vous le dit moi ! Mes journées se suivent et ne se ressemblent pas.

Il m’arrive d’avoir des jours complètements fous, des jours où je rencontre des nouvelles personnes, des jours où je reçois des mails supers gentils, d’autres moins fun, des jours où je me lèvent à 7h, des jours ou je me couche à minuit. Et puis des jours avec et des jours sans. Comme tout le monde en fait.

Être freelance c’est cool car c’est la liberté, mais juste dans la tête finalement.
Parce que quand on a du travail, quand on a de l’ambition, quand on est motivés (oui il faut l’être!) on a rarement des moments de « libre » finalement. C’est juste de l’avoir dans un coin de la tête et de se dire que changer le cours de sa journée en 5min c’est possible. C’est hyper confortable, ça et travailler en « pilou-pilou » aussi.

Il m’arrive de passer une journée sans m’habiller, une journée ou je travaille sur le canapé, une journée ou je travaille sur mon bureau, une journée ou je suis dans un café, une journée dans un coworking, une journée qui ne ressemble aucunement à la précédente.

Être freelance c’est cool car c’est automatiquement un métier de passion; car quand on choisi d’exercer tout seul c’est que l’on se sent bien déjà avec son activité. Je suis toujours motivée le matin à l’idée de faire des nouveaux projets, c’est différents tous les jours. C’est des surprises tous les jours. C’est l’aventure tous les jours.

Être freelance c’est la tête pleine H24 il faut le savoir.
On ne décroche jamais réellement, surtout quand on se lance, on se dit qu’il faut tout donner. Quand on reçoit un mail à 21h30 il faut y répondre, un appel le dimanche à 8h30 il faut y répondre (et oui d’ailleurs, toi petit client si tu te reconnais ici je ne voulais pas te répondre) parce le dimanche matin c’est sacré y’a auto-moto sur M6.

Être freelance c’est négocier, tout le temps. Les prix, le temps, le rendu. Parce que moi, par exemple, quand je vais chez Zara et que le prix affiché est de 29e, j’essaie toujours de négocier à la caisse pour avoir 10%… Non ce n’est pas ça. Ce qu’il faut savoir c’est que un free il ne travaille pas pour mettre du beurre dans les épinard, il travaille pour s’acheter les épinard déjà.

Mais vous savez, être freelance c’est cool.
La bise,

Marie

Indépendant : comment bien rédiger ses devis et factures ?
Sélection de livres inspirants pour les entrepreneurs

Related Articles