La gazette de la Bande

LE BLOG

Portrait de freelance : Alexandra De Assunçao

La Bande part régulièrement à la rencontre d’entrepreneurs, tous domaines confondus, pour découvrir leurs parcours, avoir leurs retours d’expérience et échanger autour de la notion de freelance ! Cette semaine, c’est au tour d’Alexandra De Assunçao, illustratrice, de se prêter au jeu de l’interview et de nous partager son univers.

 


Illustratrice, spécialisée en design print & textile, je travaille principalement sur des projets engagés qui mettent la femme au coeur du projet en la valorisant et en lui donnant la parole. Entre mon mini potager, ma collection de dinosaures et mes papiers découpés, je créer des images à mi-chemin entre abstraction et réalité.

Quel est ton parcours et comment en es-tu arrivée la ?

Concernant mon parcours, je dessine depuis que je suis petite. Je regardais les peintures de mon père et j’ai commencé à expérimenter mes propres chemins créatifs. Après l’obtention d’un master en direction artistique en 2015, je me suis lancée en freelance directement. Je voulais travailler pour des clients hétéroclites et multiplier les challenges créatifs. Petit à petit, j’ai mis de côté la direction artistique pour me consacrer entièrement à l’illustration. 

A quel moment as-tu décidé de te consacrer a l’illustration ?

J’ai décidé de me consacrer totalement à l’illustration vers la rentrée 2018, au moment où j’ai commencé à me faire confiance (même s’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir !). J’ai eu l’opportunité de faire mon premier solo show dans une chouette galerie parisienne «Sergeant Paper», sur le thème de la femme conquérante. Ce projet a été un déclic important dans mon engagement auprès de la cause féminine, au travers de mon travail. Je me suis rendue compte qu’avec le médium de l’illustration, je pouvais transmettre des messages engagés et m’impliquer dans des causes importantes


Comment définirais-tu ton style ?

Mon style est très minimaliste avec des aplats de couleurs, ce qui me permet de jouer entre l’abstrait et la réalité. J’aime beaucoup créer une double lecture et laisser la possibilité au lecteur de faire sa propre interprétation. Les couleurs sont un élément capital dans mon style, elles font à mon sens la moitié du travail !

Peux-tu nous décrire ton processus de création, de l’idée a l’aboutissement d’un visuel ?

Je peux être inspirée par beaucoup de choses qui m’entourent comme des arbres, des amies, des discussions, des reflets de lumière dans les rues, etc… Quand je trouve ce fameux début d’idée, je commence à chercher des formes intéressantes, je découpe, j’assemble des couleurs avant de commencer le projet. Petit à petit, l’illustration prend forme, j’aime changer des détails jusqu’à la fin du processus. Une fois que chaque élément graphique a trouvé sa place, je retouche les couleurs afin que l’ensemble soit esthétique et homogène. 

 


Qu’est ce que tu préferes dans ton métier ?

Je crois que ce que je préfère c’est l’échange avec mes clients. Ce métier est riche en contact humain ! Satisfaire un client en l’aidant à réaliser, à mettre en image une idée, est très stimulant.

Quelles sont les principales difficultés que tu rencontres en étant a ton compte ?

Être freelance n’est pas une chose facile. C’est un petit combat tous les jours parce que rien n’est stable. Il faut jongler entre les relances des paiements, la gestion d’un bon planning, de sa comptabilité, l’angoisse des périodes moins créatives, etc…

Quand j’ai commencé mon activité, je n’osais pas parler d’argent et donc être rémunérée à ma juste valeur. On me disait souvent que l’illustration, ou plus globalement les métiers artistiques, sont des “métiers passion” et que je n’avais donc pas besoin d’être payée, puisque que l’amour de l’art suffisait.

Il est important de respecter son propre travail en fixant des prix justes. Ça vient avec le temps quand on comprend que chaque projet à sa valeur et que l’illustration n’est pas qu’un passe-temps ou une passion.

Avec l’expérience, en tant que freelance, on commence à mieux gérer ses périodes de creux et à l’inverse, d’hyper activité. Finalement, on doit accepter ces phases car être freelance en plus d’être un choix, est un réel état d’esprit. 

 

Alexandra de Assunçao

As-tu des petites routines, des choses que tu as mis en place dans ton quotidien de freelance ?

J’essaye d’avoir certaines routines pour être régulière dans mon activité : instaurer des temps forts dans la journée. Cela peut passer par s’imposer un petit temps pour lire et répondre aux mails, un temps pour faire un post sur les réseaux sociaux, un temps pour travailler, un temps pour discuter et avoir des retours sur mon travail, un temps pour prendre du recul sur son activité du jour etc… 

Si tu pouvais écrire une note magique qui voyage a travers le temps, qu’écrirais-tu a ton “toi” d’il y a 5 ans ?

J’écrirais une note qui parle de la persévérance, surtout dans les moments de vie où tu es moins créatif·ve. Ce type de moment où l’on te dit que « l’illustration ne fait pas vivre et n’est réservée qu’aux grands noms ». 

J’écrirais également dans cette note qu’il faut continuer, s’entêter et surtout expérimenter pleins de choses, sortir de sa zone de confort pour décrocher des projets qui vont te faire vibrer.

Je finirais ma note à moi même par : «Continues d’aimer les dinosaures et les légumes rôtis, tu dessineras avec encore plus d’envie, d’années en années» !

Alexandra De Assuncao - Bande à part

Alexandra De Assunçao

– directrice artistique & illustratrice

Illustratrice et directrice artistique en freelance depuis 4 ans, Alexandra est spécialisée dans le design print et textile. Elle travaille notamment sur des projets engagés, où la femme tient une place centrale.

Freelances & prévoyance : faire face aux coups durs
Création d'entreprise : l'importance du business plan

Related Articles