La gazette de la Bande

LE BLOG

Portrait de freelance : Le baba au rhum

La Bande part régulièrement à la rencontre d’entrepreneurs, tous domaines confondus, pour découvrir leurs parcours, avoir leurs retours d’expérience et échanger autour de la notion de freelance ! Aujourd’hui, Céline, l’illustratrice qui cartonne sur Insta avec son compte @le_baba_au_rhum, nous en dit un peu plus sur son travail, sur son quotidien de freelance et sur son univers illustré désopilant.

1/ Tout d’abord, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Céline, je suis Directrice Artistique et illustratrice freelance depuis plus de 5 ans. Je pense que la première chose à savoir sur moi, c’est que quand on me rencontre je n’ai pas la conversation facile, déjà parce que j’ai une « resting bitch face »*, et surtout parce que je suis introvertie.
Les personnes qui suivent @le_baba_au_rhum ont déjà dû comprendre que j’avais 2 gosses : mon chat et Daniel mon copain. Et aussi que j’aime vraiment manger.

* resting bitch face : j’ai l’air de faire la gueule H24.

.
2/ Comment en es-tu arrivé a créer le compte du “Baba au rhum” ?

Je dessine ma petite vie et celle de mes amis/es depuis que j’ai commencé à m’ennuyer en cours (depuis un moment donc) et ça a fini par devenir un vrai réflexe, si quelque chose de drôle arrivait je devais l’illustrer.

Ça fait quelques années maintenant que je n’ai plus le temps ou l’énergie de le faire régulièrement, mais comme ça me manquait je me suis dis que de me remettre à dessiner tout en partageant mes dessins sur Instagram me pousserait à ne pas laisser ça de côté. En bref, prendre un temps à dessiner pour moi, et pas pour un client.

3/ Sur ton compte, on retrouve ton quotidien mis en scène : est-ce que chaque situation illustrée a été vécue ?

La grande majorité des strips se basent sur ma vie de tous les jours. J’exagère souvent pour accentuer le comique d’une situation et je pousse mes travers et ceux de Daniel au maximum, si je reste nuancée ça me fait moins rire.

4/ As-tu l’envie de faire vivre ce projet ailleurs que sur Instagram ?

Pas vraiment, pour le moment j’aime voir ce compte comme ma petite bulle d’évasion, j’y poste quand je veux, ce que je veux. En cherchant à aller plus loin j’aurais peur de perdre ça et que ça devienne un vrai « travail » (et aujourd’hui je n’aurais pas de temps à y consacrer).

.

5/ Tu traites aussi de sujets engagés comme les standards de beauté, le féminisme ou l’écologie. Peux-tu nous en parler ?

Ce sont des sujets que j’ai vraiment envie de plus aborder, surtout le féminisme. Je dois juste trouver la manière d’en parler à ma façon, sans répéter ce que d’autres illustrateurs/rices font déjà tellement bien. Ça me demande du temps, déjà pour trouver une manière drôle de l’aborder mais aussi parce que je suis constamment en apprentissage féministe et je me remets souvent moi et ce que je dessine/crée en question.

6/ Illustres-tu pour des commandes clients ? 

Oui l’illustration a toujours été la corde préférée de mon arc. Mais pour mes clients le style est loin de celui de mon Instagram, je fais évoluer mon style selon leur demande qui est très souvent coloré et plus « corporate », mais je trouve quand même le moyen de m’amuser.

7/ Concernant ton parcours de freelance, comment as-tu fais le choix d’etre indépendante ? Comment organises-tu tes journées ?

J’ai commencé à travailler comme freelance en parallèle de mes études, pour des clients chez qui j’avais fait mes stages, j’ai donc rapidement pris le statut d’indépendante (artiste-auteur). Une fois diplômée vu que ces collaborations ont continué, avec d’autres, je me suis laissée portée par ce rythme de travail, qui a des avantages qui me satisfont plus que ceux en tant qu’employée.

Niveau organisation je me règle pour être joignable et travailler comme n’importe quel•le employé•e. J’utilise Asana principalement pour m’organiser et avoir un œil sur tous mes projets, ça me permet de voir facilement où sont mes priorités. Je me force aussi à ne pas regarder mes mails en soirée ou le weekend pour me détacher un peu du travail, même si j’ai encore du mal ça fait du bien de savoir décrocher aussi.

L’avantage du freelance c’est que l’on peut travailler d’où l’on veut, et comme je suis plutôt efficace dans mon travail je ne me bloque pas pour bouger quand j’en ai envie, je peux faire ça dans le train ou dans ma campagne je suis tout aussi concentrée (sauf que dans ma campagne j’ai les oiseaux en fond sonore, ça change des travaux Parisiens). Il faut juste bien se connaître et se mettre dans un environnement où l’on sait que l’on peut travailler !

 


Le rikikikouiz
.

soirée clubbing ou console/plaid ?

> Console/plaid !

sushis ou ramens ?

> Ramens !

Mulan ou Pocahontas ?

> Mulan !

Crinière au vent ou bun en vrac ?

> Bun en vrac !

Romantique ou rabat-joie ?

> Rabat-joie !

Team chat ou team chien ?

> Team chat (bientôt team chien j’espère !) !

Référencement naturel : a la conquete de la 1ere place
La Bande par en live sur Instagram !

Related Articles