La gazette de la Bande

LE BLOG

Slasher : une activité professionnelle sur-mesure

On les appelle les pluriactifs, les zappeurs, les touche-à-tout… Ces jeunes actifs, majoritairement entre 25 et 35 ans, sortent des sentiers battus et créent leur(s) propre(s) métier(s), assumant la pluralité de leurs envies, leur boulimie du travail, et la schizophrénie de leur carrière. Les Slashers sont les représentants d’une génération de travailleurs qui ne veut plus subir le travail mais le réinventer.

Le slashing : vers une révolution de notre mode de travail

Si nos grands-parents avaient une vie professionnelle toute tracée, aujourd’hui, nos trajectoires sont organiques, malléables, vivantes. Exit les longues carrières au sein de la même entreprise, bonjour la précarité de l’emploi, le besoin de changement. La société actuelle est liquide, comme l’a décrit Zygmunt Bauman (La Vie Liquide – Fayard, 2005), et ambigüe. 

Nous sommes coincés entre un éloge de la mobilité, du “tout tout de suite”, de la surproductivité, de l’adaptabilité et un concept de vocation dans le travail qui cloisonne, encore et toujours, dès le collège.

Notre perception du travail évolue, nous souhaitons laisser libre court à notre curiosité, et ne surtout pas nous enfermer dans une routine, par crainte de l’ennui. Il s’agit désormais de vivre, consommer et travailler autrement, selon nos choix et nos envies. Les jeunes actifs n’ont plus comme objectif le sacro-saint CDI, mais l’épanouissement personnel, le bien-être et la quête de sens.

Alors, comment devenir un bon slasher ?

Il existe sans doute autant de manière de slasher que de slashers, parce que oui, nous sommes tous différents et uniques ! 

1/ Apprendre a se connaître 

Pas de solution miracle donc, mais quelques petits conseils, dont le plus important sans doute – comme le disait Socrate : « Connais-toi toi-même… » ! Connaître ses atouts, ses forces, mais aussi ses limites pour être juste et pouvoir s’affirmer.  

Car oui, il vous faudra créativité, envie, curiosité, intuition et audace,  mais il faudra avant tout que vous puissiez affirmer votre légitimité et valoriser vos savoir-faire ! Se connaître, c’est aussi rester cohérent, savoir oser dire non aux sollicitations qui ne sont pas en adéquation avec nos ambitions ou nos compétences.

2/ Créer du sens

Créer du sens ! L’objectif ? Éviter l’éparpillement et gagner en crédibilité. Car oui, avoir plusieurs casquettes et être agile c’est bien, mais si cette polyvalence à un fil conducteur, un dénominateur commun, c’est mieux ! A vos storytelling donc ! 

Racontez votre histoire, embarquez vos (potentiels) clients dans votre aventure, bref : exprimez-vous sur différents supports et mettez en lumière vos savoir-faire.

3/ Quelques petits conseils bonus 

Soyez rigoureux, agile, et organisé. Slasher entre les missions et les compétences, c’est presque un sport, il vous faut donc de la méthode et des outils qui vous seront adaptés. 

Et surtout, exercez votre curiosité et votre désir d’apprendre, entourez-vous, échangez, partagez !

Quelles sont les erreurs a éviter ?

Le slasher peut vite être confronté à plusieurs problèmes : syndrome de l’imposteur, procrastination, ou au contraire surmenage, fatigue, éparpillement, démotivation… Votre plus grande erreur serait donc de vous isoler. 

Nous apprenons les uns des autres, quel que soit notre domaine de compétence, quelles que soient nos missions. L’échange, le partage et la discussion sont primordiales,tout d’abord parce qu’il y a aura toujours quelqu’un pour vous rebooster, mais aussi parce que votre entourage personnel et professionnel vous aidera à sortir d’une impasse, à prendre de la hauteur, à stimuler votre créativité et votre envie d’aller plus loin. 

Alors à vos réseaux, et dites bonjour aux afterworks (avec modération), aux événements professionnels en lien avec votre domaine, aux groupes d’entrepreneurs, etc. 

Composer ses vies professionnelles est risqué certes, mais c’est tellement stimulant et épanouissant ! N’oubliez pas que les échecs font partie du processus pour aller toujours plus haut et toujours plus loin. Alors testez, évaluez et composez à nouveau !

Indépendant : comment bien rédiger ses devis et factures ?
Travailleur nomade : le kit du coworker

Related Articles