La gazette de la Bande

LE BLOG

Young, Wild & Freelance – l’histoire derriere le podcast

Depuis mon adolescence, j’ai toujours été un autodidacte. Dans ma vie de freelance les podcasts ont occupé une grande place dans mon apprentissage constant – du terreau pour ma curiosité insatiable.

Depuis la première écoute, je me suis dit qu’un jour j’aurais aussi mon propre podcast, et ensuite j’ai repoussé, procrastiné et trouvé des excuses, jusqu’au jour où… Dans cet article je vous retrace l’histoire derrière Young, Wild & Freelance, mon podcast pour vous accompagner dans votre vie d’indépendant et vous permettre de chaque semaine vous poser les bonnes questions et passer à l’action.

Le chemin du freelance

Pour ceux qui lisent ma newsletter SURF en Freelance, vous m’aurez surement déjà lu lorsque j’écris sur ce que j’appelle “le chemin du freelance”. Cette évolution qui nous emmène de nos départs balbutiants le premier jour de notre vie d’indépendant, où l’on ouvre notre ordinateur et on se dit “et maintenant je fais quoi ?”, jusqu’aux questionnements de la prochaine étape de notre développement (devenir formateur ? fonder une agence ? créer un collectif ? …).

Personnellement, j’ai l’impression d’avoir emprunté une autoroute plutôt qu’un chemin !

Peu de temps après mon lancement à plein temps (j’étais déjà indépendant à côté de mes études et de mon alternance), j’ai rapidement atteint un niveau d’activité où je travaillais 80 heures pour éviter d’en faire 40 en salarié. Je gagnais bien ma vie, mais évidemment en contrepartie de cela je sous-estimais largement la valeur de mon travail, ce qui nourrissait le cercle infernal me poussant à toujours davantage travailler pour développer mon chiffre d’affaires.

J’ai foncé tout droit dans toutes les erreurs imaginables qu’un freelance peut faire. Mais cela m’a permis d’apprendre très rapidement toutes les leçons importantes qui s’y cachaient. Des pépites d’or, enfouies dans des cailloux pointus.

C’est à cette époque que j’ai commencé à m’entourer d’autres freelances, pour offrir plus de valeur à mes clients et recréer des dynamiques positives de groupe. Ainsi, je rejoins Lab Compagnie, un écosystème d’indépendants au sein duquel je co-fonde mon “collectif” de freelances, La Young.

Ce nouveau projet nourrit grandement mon élan de contribution, toujours présent, et m’emmène par la suite à devenir mentor pour d’autres indépendants et créer SURF en Freelance avec Marie Laanatza (ma coach à l’époque, une amie proche depuis).

Young, Wild & Freelance s’inscrit également dans cette direction : contribuer en partageant toutes les leçons que j’apprends sur le chemin (ou sur l’autoroute) de ma vie d’indépendant, et mettre en lumière les parcours et les messages d’autres freelances avec les mêmes rêves, les mêmes aspirations, et les mêmes challenges que moi et mes pairs.

Genese et vision

Pour comprendre la vision et les ambitions de ce projet, il faut d’abord poser les bases et se concentrer sur ses racines.

L’inspiration pour le nom du podcast me vient d’une référence obscure qui va surement rappeler des souvenirs à certains (je n’assume qu’à moitié pour être honnête).

Mais derrière cette référence, le titre que j’ai choisi pour ce projet témoigne d’un état d’esprit qui m’habite depuis toujours et que je souhaite transmettre :

Young : Loin de moi l’envie de nourrir l’éternel débat senior vs junior (qui d’ailleurs selon moi n’a pas lieu d’être), “young” pour moi témoigne d’un état d’esprit qui dépasse la notion d’âge. Être Young, c’est aspirer à la nouveauté et à l’innovation. Pas dans le sens de la technologie mais dans sa manière de vivre la vie et son activité pro. C’est sans cesse réfléchir à de nouvelles méthodes plus adaptées à qui nous sommes, à de nouveaux chemins à explorer. Voir au delà de ce qui est visible pour créer sa propre recette.

Wild : Ici encore, ce n’est pas tant une référence à la sauvagerie de la vie de freelance mais plutôt à la capacité de s’affranchir du regard des autres pour passer à l’action. Être Wild, c’est être prêt à avancer vers ce qui nous inspire peu importe ce qu’on nous dit. Pour moi, ça s’est concrétisé par le fait d’aller à l’encontre des conseils de ma directrice de master et la CEO de mon agence, et me lancer directement dans le freelancing à la fin de mes études/alternance.

Freelance : Bon, celui là, je pense que vous comprenez.

Maintenant que vous comprenez l’état d’esprit avec lequel j’ai construit ce projet, son ambition vous semblera logique : accompagner les freelances à se poser de nouvelles questions sur leur activité et à passer à l’action pour se construire une activité unique et sur-mesure pour eux, en s’affranchissant des injonctions de l’extérieur.


L’envers du décor

Maintenant que je vous ai dressé la vision, prenons un temps pour apprécier ensemble le chemin à parcourir pour y arriver. Car vous vous en doutez surement, derrière un podcast se cache bien plus que le contenu que vous entendez chaque semaine.

Je dois vous dire d’ailleurs que moi-même je ne me rendais pas tout à fait compte au lancement du podcast de l’investissement qu’il allait me demander. Et pour être tout à fait transparent avec vous, c’est un vrai challenge pour moi.

Transformer ma plus grande difficulté

L’année dernière, j’ai décidé de me faire accompagner par une coach (Marie Laanatza, avec qui j’ai créé SURF en Freelance par la suite) pour accélérer sur mon activité. Tout allait très bien, mais je ressentais des frustrations sur certains points, notamment sur ma capacité à la prise de décision. Ma problématique de l’époque était la suivante : comment faire pour choisir entre toutes les opportunités de dingue qui se présentent à moi ?

Alors certains pourraient penser que ce n’est pas si problématique que ça, effectivement c’est un vrai luxe d’avoir une abondance d’opportunités inspirantes face à soi, mais personnellement je le vivais comme un vrai poids qui me mettait face à mes limites physiques : on ne peut pas tout faire.

Et pendant cet accompagnement, Marie m’a raconté une histoire qui a fortement résonné en moi. Celle d’un petit chiot excité, qui courait après toutes les croquettes que son maître lui lançait. Sauf qu’à chaque nouvelle croquette envoyée dans les airs, le petit chiot changeait de direction et n’avalait finalement aucune croquette, alors qu’il y en avait des dizaines sur le sol.

Évidemment cette métaphore fait écho à l’excitation que l’on peut ressentir au lancement d’un projet ou quand on a une idée inspirante, qui très souvent nous empêche de réellement aller au bout de nos idées et finalement ne rien construire de durable.

À l’époque, j’étais clairement dans la peau de ce petit chien. Aujourd’hui je m’engage chaque jour pour transformer ça, et vraiment mettre de la valeur et investir sur ma capacité à être FOCUS. C’est une décision que je prends chaque matin en me levant pour l’ancrer.

Et ce podcast, c’est tout simplement mon parcours santé pour le faire pour de vrai.

Pour m’engager auprès de moi même et d’un projet qui m’inspire, et vraiment aller au bout des choses. Et surtout, surtout, être régulier. Ce maître-mot dans la création de contenu qui jusqu’alors m’avait toujours échappé.

Pour transformer ce qui est surement un des plus gros challenges de ma vie, oser renoncer aux 15 000 idées qui me viennent chaque jour, et réellement avoir un impact avec mes projets.

Un épisode par semaine, peu importe ce que ça implique

Pour réellement ancrer cette transformation, j’ai donc fait un pacte auprès de moi-même pour le lancement du podcast.

Peu importe ce qu’il se passe, je sortirais un épisode chaque jeudi matin à 9h.

Sans surprises, pour les 5 premiers épisodes je me suis couché à 3 reprises aux environs de 2h du matin le mercredi soir pour être sûr d’avoir tout terminé. Je vous épargne les innombrables excuses qui jaillissaient dans ma tête ces soirs là pour repousser de quelques heures la sortie, mais j’ai vraiment pris une décision avec ce projet : aucune excuse valable.

Pour vous donner un peu de visibilité, chaque épisode du podcast me prends entre 1 jour et 1 jour et demi chaque semaine (sans compter tout le temps passé à identifier et échanger avec les potentiels invités).

Pour faire court, il y a 4 grandes étapes pour la création de chaque épisode. Je donne à chacune de ces étapes un petit nom pour que vous puissiez comprendre la posture que j’adopte :

  • Préparation du détective : il est question ici de creuser dans l’activité de freelance de mon invité pour ensuite identifier et lui poser les questions qui feront ressortir les grands apprentissages. C’est aussi ici où je commence à dresser le fil rouge thématique de l’épisode.
  • “Tea-time” discussion : l’enregistrement lui-même. L’allusion au “tea-time” me vient de ma nationalité anglaise, mais aussi de cette ambiance intimiste et authentique que j’ai à coeur de créer dans chacun de ces échanges.
  • Lesson hunting : c’est le moment d’aller chercher les questionnements importants de l’épisode. Je réécoute en entier chaque échange afin d’identifier les points clés à vous partager cette semaine, autant dans mon intro/outro, que dans l’article associé à chaque épisode, le contenu de ma newsletter et aussi les fiches de travail que je partage avec certains épisodes.
  • Share the word : mettre en place des actions permettant de porter les questions importantes de chaque épisode plus loin. C’est malheureusement l’étape qui est souvent laissée de côté mais sur laquelle je vais mettre de plus en plus de valeur dans les prochaines semaines.

Plus j’avance dans ce projet, et plus je prends de plaisir à creuser profondément dans les échanges pour apporter des questionnements et contenus qui me semblent indispensables à nos vies de freelance. Je m’amuse aussi à observer comment je réagis face au challenge que cela représente pour moi, et voir petit à petit le changement s’opérer en moi pour laisser derrière moi le petit chiot excité qui ne termine aucun de ses projets.

A quoi s’attendre dans le futur ?

Avec ce que je vous ai partagé jusqu’alors, vous vous doutez bien que ce projet de podcast va encore perdurer pendant un long moment. Cependant, et comme dans tout projet, je me pose beaucoup de questions.

Il n’y a aucun doute sur le fait que certaines choses évolueront avec le temps, alors je vais dès maintenant vous partager les questions que j’ai déjà en tête quant à l’avenir de Young, Wild & Freelance avec le plus de transparence possible :

> Sponsoring & affiliation

Auparavant, je ne m’étais pas vraiment posé la question, mais récemment une agence de gestion d’influence m’a proposé une offre de sponsoring pour le compte d’un de leurs clients avec une demande concernant jusque 3 futurs épisodes.

Suite à cette proposition, je me suis questionné sur un éventuel “business model” pour le podcast. Si vous écoutez comme moi des podcasts américains et anglo-saxons vous saurez que la publicité dans les podcasts est loin d’être rare.

Un des autres modèles qui existe est celui de l’affiliation. Dans ce cas, le créateur du podcast devient affilié d’une entreprise et mets en avant une offre avantageuse pour sa communauté qui pourra accéder à un produit ou service. En échange, il touche une commission sur chacune des ventes qui provient de son audience.

En prenant longuement le temps de réfléchir à ce sujet, j’ai décidé que mes enjeux actuels avec ce projet se portent plutôt sur mon engagement personnel pour mon focus, et sur le fait de nourrir cet élan de contribution qui m’habite depuis longtemps en développant la communauté d’auditeurs qui suivent chaque semaine le podcast, et par extension reçoivent les fiches de travail pour passer à l’action.

Ceci étant dit, je ne m’interdis pas de mettre en avant dans les futurs épisodes des solutions qui selon moi apportent une réelle valeur ajoutée à notre quotidien et à notre activité de freelance, et donc surtout des solutions dont je serais moi même utilisateur.

> Contenu et format

Pour l’instant, le format du podcast a toujours été le même : une discussion d’environ 45 minutes, avec des questions phares qui encadrent les échanges, et une conclusion sur une question qui accompagne les auditeurs pendant la semaine suivante.

Je ressens de plus en plus l’envie d’apporter également mon propre regard sur certains points clés de notre activité d’indépendant, et donc je pense intégrer d’ici peu un format où je prends davantage la parole. Je n’ai pas encore de clarté sur exactement à quoi cela ressemblera en revanche.

Un autre sujet sur lequel je danse d’un pied à l’autre depuis le lancement du projet, est la notion de “saisons”. Au tout départ j’avais pensé créer des saisons thématiques qui regroupent les sujets traités. Je m’en étais éloigné depuis, mais je pense réintroduire le format des saisons d’ici la fin de l’été.

Dans cette nouvelle direction, mon idée concernant les saisons ne sera pas de faire des séries thématiques regroupant les questionnements abordés, mais plutôt de m’offrir un temps de réflexion et de prise de recul d’une saison à l’autre pour approfondir mon approche et apporter encore plus de valeur aux auditeurs.

Mais plutôt que de vous spoiler, je vous laisse me suivre chaque semaine jusqu’à la conclusion de cette première saison d’une longue série de Young, Wild & Freelance, le podcast pour ta vie d’indépendant.

Écoutez le dernier épisode du podcast :

Thomas Burbidge

– Branding | Storytelling & Stratégies de Marque

Il y a 3 verbes qui guident l’activité de Thomas : créer, connecter et inspirer. Au delà de son activité d’indépendant, il se consacre à accompagner d’autres freelances à créer leur mode de vie idéal au travers de leur business.

Création d'entreprise : l'importance du business plan
Diversifiez votre activité : enseignez votre métier !

Related Articles